février 7

0 comments

L’Impact de la Consommation de Produits Animaux

By Chris

février 7, 2021


Ma décision, il y a 7 ans, de repenser à ma consommation de produits animaux et de devenir végétarien, fût un des premiers pas dans la bonne direction. Au début de ma formation pour devenir professeur de Yoga, le conseil nous fût fortement donner d’abandonner le tabac, l’alcool et la viande. Cela venait à bon point, car depuis au moins 5 ans, je réduisais déjà ma consommation de viande (qualité contre quantité). Je n’attendais qu’un petit coup de pouce pour arrêter définitivement et j'en fût très reconnaissant.

Par contre cette décision a produit beaucoup de mauvaises énergies autour de moi et même des pleurs. Tout à coup, je n’étais plus le même et la peur du changement apparue. Que vas-tu devenir ? Tu vas tomber malade ? Nous ne pourrons plus partager tous les bons repas et les bons moments ensemble…

Oui, tout à coup je ne faisais plus partie de ce groupe de consommateur de viande. Et les craintes qu’il manque les nutriments nécessaires à ma bonne santé sont grandes. Elles restent, malgré l’abondance d’informations à ce sujet dans les médias, jusqu’à aujourd’hui encore présent dans les esprits de ceux qui m’entoure.

Mes raisons étaient surtout d’ordre éthique (les conditions de vie des animaux), d’amour et de respect (où je ne me voyais absolument pas capable d'abattre un animal avec mes propres mains). Mais aussi une troisième raison qui apparut plus tard, la santé. La quatrième est reliée aux effets dû à l’industrialisation et à l’élevage intensif.

Impact à grande échelle

Les conséquences liées à la consommation de produits animaux se retrouve dans tous les domaines primaires et secondaires de la vie sur terre. Non seulement nous avons une pollution de l’air, de l’eau et de nos sols avec des réactions en chaîne qui entraîne des dégâts économiques et sociaux importants. Mais aussi, par exemple, une mauvaise répartition de la nourriture.
En théorie nous pourrions nourrir au moins deux fois la population mondiale, mais entre-autre, l’élevage et la nourriture du bétail entraîne une énorme perversité. Près d'un milliard de personnes souffrent de sous-alimentation et deux milliards de plus sont mal nourris. En parallèle, on dénombre 1,3 milliard d'individus en surpoids ou obèses. Cherchez l'erreur! 

Pollution de l’air

Il est reconnu que les émissions de gaz méthane produites par l’élevage sont un des plus grands problèmes à solutionner. Les statistiques à ce sujet sont très diverses. L’élevage industriel serait responsable de 14,5 % des émissions de gaz à effet de serre au niveau mondial (Greenpeace France). D'autres sources parle de 65 % du protoxyde d’azote (N2O) et de 37 % du méthane (CH4).

Chaque vache produit entre 250 à 500 litres de méthane par jour! Avec plus de 1,4 milliard (1.400.000.000!) de vaches sur notre terre, on peut facilement imaginer la quantité astronomique de méthane que notre atmosphère doit gérer.

Surconsommation d’eau potable

Une vache boit environs 60 litres d’eau par jour. Pour produire 1 litre de lait, on peut lire qu’il faut environs 1.000 litres d’eau et pour 1 kg de viande environs 15.000 litres. A cet endroit il faut être juste et faire une distinction, car si nous utilisons le calcul de l’empreinte eau (Water footprint) qui sépare le flux théorique d’eau en 3 catégories nous avons en effet une très grande consommation d’eau. Et il faut préciser que ce calcul est vrai dans les régions avec peu de précipitations. Par contre dans d’autres région, elle sera beaucoup moins élevée.

EAU VERTE : eau de pluie stockée dans le sol puis évaporé/utilisé pendant la croissance des plantes
EAU BLEUE : consommation réelle par prélèvement (abreuvement, irrigation, nettoyage). Il s’agit de l’eau « du robinet » ou issue de puits et/ou forage
EAU GRISE : eau nécessaire pour diluer les polluants et obtenir une qualité conforme à la réglementation

Le chiffre important est donc la quantité d’eau bleu et d’eau grise nécessaire, surtout pour traiter l’eau polluée, si elle est traitée!

Pollution des sols, cours d’eau et océans

Toutes ces vaches produisent d’énorme quantité de déchets (130 fois plus qu’un être humain!). Ce qui donne en fin de compte une pollution des sols, des cours d’eau et en fin de chaîne de nos océans.

130x more waste

Utopie de l’utilisation des sols

En 2019 la FAO (Food and Agriculture Organization) a calculé que 77% de la superficie des terrains agricoles (qui représente 50 % de la superficie habitable) étaient pour l’élevage et la production de nourriture pour ces animaux! Ce qui représente moins de 20 % de l'apport calorique mondial.

Lorsque nous pensons aux milliards d’individus avec une sous-alimentation, il n’y a pas un bon équilibre. Si le monde entier adoptait le régime alimentaire moyen de la France, nous devrions convertir toutes nos terres habitables à l'agriculture, et il nous manquerait encore 22%. Calculer avec les États-Unis 38 %... et avec la Nouvelle Zélande 91%!

Global-land-use-graphic

Source: UN Food and Agriculture Organization (FAO)

La fausse information sur les produits laitiers

J’ai eu la chance de ne pas avoir été sensible lors de ma consommation excessive de produits laitiers. Hélas, il y a eu pendant des dizaines d’années une publicité mensongère à son sujet. En fait les produits laitiers sont responsables pour beaucoup de maladies de notre époque. Des plus bénignes jusqu’au plus grave.

Mais comme, rien qu’en France, l’industrie de produits laitiers représente environ 30 milliards d’euros de chiffre d’affaires, avec plus de 250 000 emplois, nous pouvons facilement comprendre l’enjeu économique!

Le lait de vache en particulier n’est pas indispensable pour notre santé au contraire. Il contient des pesticides, des métaux lourds, mais également des hormones de croissance, des acides gras trans, qui seraient en partie responsable du cancer du sein, de maladie coronarienne, ou d’effets pro-inflammatoires ! En effet, il existe une corrélation entre la consommation de produits laitiers et le développement de certains cancers, par exemple prostate, pancréas, côlon, estomac, etc... Ils peuvent aussi provoquer des ulcères, des allergies, de la fatigue chronique et du diabète.

De plus, par exemple, le lait de vache est indigeste, car il est prévu pour répondre aux besoins du veau. Notre système digestif n'est pas adapté pour cela. Et entre nous séparer le veau de sa maman juste après la naissance pour avoir du lait n'est pas très éthique non plus...! Ni pour la vache, ni pour le veau.

75 % des êtres humains sont même intolérants au lactose! Il génère aussi du mauvais cholestérol et des études scientifiques ont démontré qu’au lieu de renforcer les os avec son calcium, les produits laitiers produit exactement l’effet inverse, ils provoquent une perte de calcium.

Le végétarisme ne m’a pas suffi

Pour toutes ces raisons je suis depuis peu passé dans une nouvelle phase. Remplacer les produits animaux par une alimentation à base de plantes. Car pas seulement la viande, mais la consommation de tous les produits laitiers à un impact énorme sur la planète et ses habitants. Et surtout, comme nous l’avons vu précédemment, sur notre santé.

Nous avons tendance à vouloir minimiser le problème, car cela implique un très grand et difficile changement de nos habitudes alimentaires. Pour moi aussi pendant longtemps. Je suis très conscient de la difficulté de renoncer à ce dont nous avons bénéficié pendant des décennies ou toute une vie. C’est une des raisons, pourquoi je voulais écrire cet article.

Ce n'est vraiment pas une voie facile, parce que j'adore le fromage et la crème fraiche par exemple, mais c'est une étape nécessaire et je dois être conséquent, car chacun d’entre nous porte une part de responsabilité! Par contre je continuerais à manger du miel et faire des exceptions avec les œufs de poules ayant une belle vie et une fin de vie respectueuse.

Changement = survie

Il existe déjà depuis un bon moment pas mal d’article à ce sujet! Mais c’est absolument nécessaire de répéter et rappeler la nécessité du changement. Moi-même il m’a fallu un certain temps pour faire la transition. Je ne suis qu’une voix de plus à résonner dans la grande halle de l’espace terrien, mais je pense que plus nous en parlons et surtout donnons l’exemple autour de nous, plus cela fera boule de neige et bouger les choses.

Il est très important de communiquer nos convictions et nos connaissances, bien sûr sans vouloir prêcher ou montrer du doigt, car chaque individu à un autre niveau de développement et l’acceptation des nouvelles habitudes à prendre est difficile. Mais avec une certaine sensibilisation sur les défis, de l’amour et de la patience nous pouvons y arriver.

Je remarque par exemple depuis très longtemps les réticences d’une partie des membres de ma famille, amis ou collègues de travail. Mais même là, j’observe une prise de conscience progressive. Je sais que changer son mode de vie ou ses habitudes est un grand travail personnel.

C’est comme arrêté de fumer, même si l’on a pris conscience des dangers que cela implique, combien de personnes arrivent vraiment à passer aux actes ?
Je pense que nous avons beaucoup d’addictions ou employons le terme générique de de l’OMS, de «dépendances». Elles se rapporte à des éléments aussi bien physiques que psychologiques, et qu’avec des petits pas nous pouvons les changer.

L’impact grandi

Depuis des années, je passe d’un choc à l’autre. Chaque publication, reportage ou documentaire au sujet de la consommation de produits animaux et de son impact sur l’environnement, me rend à la fois furieux, triste et impuissant.

Cela fait des décennies que des alertes ont étaient donnés dans les différents domaines, mais hélas cela ne bouge pas assez vite. La population mondiale ne cesse de croître. Les sources de nourriture saine (sans pesticides ou herbicides) et d’eau potable sont de plus en plus rare. Et l’appauvrissement de nos terres et la pollution de l’air et des mers ne diminue pas, sur notre belle planète bleue.

Dans 10 ans, s’il n’y a pas de changement, la forêt vierge en Amazonie n’existera plus. Elle laissera place à l’élevages bovins et à la culture de soja (OGM!) pour l'alimentation animale.
Cela entraînant la disparition de peuples indigènes, ainsi que d’espèces animales et végétales rares et vitales, qui auraient pu être très bénéfique pour le bien-être de la race humaine. Ne trouvant aucun appui des autorités et même avec un déni flagrant du gouvernement face à la déforestation et aux incendies en Amazonie, des groupes mafieux armés se débarrasse de tous ceux (plus de 1100 personnes en 20 ans !) qui simplement demande d’arrêter ce massacre contre leur patrimoine. Mais il est plus que ça encore, c’est notre patrimoine à tous sur notre terre.

« Nous observons avec la crise actuelle, dû à ce virus, que notre monde est beaucoup plus petit et fragile que nous le pensions, et que nous dépendons tous les uns des autres. »

Les lobbies agricoles et d’élevage intensif sont comme dans beaucoup d’autres secteurs diriger sur le profit, et donc financièrement très puissantes. Elles ne reculent devant rien pour atteindre leurs buts. Intimidations, diffamations, attaques en justice ou même là aussi liquidations des individus gênants. Mais si personne n’ose bouger, changer et lever sa voix, rien ne changera jamais. Et nous subirons tous les conséquences.

Majeur et responsable

Comme le disais déjà Olivier De Schutter, ex-rapporteur spécial de l'ONU en 2014: « …il faut plaider aujourd'hui pour une réappropriation par les citoyens du système alimentaire. Ils sont expropriés de ce système, ils n'ont guère les moyens de l'influencer. Les décisions prises le sont en faveur des lobbys, et non des populations. Le seul obstacle, au fond, n'est pas technique. Il est de nature politique».

Au Royaume-Uni environs 1,3 % des travailleurs ont une activité en rapport avec les travaux agricoles. En France 1,8 %... Il nous faut soutenir les productions local et surtout biologique des petites entreprises agricoles. Même dans une ville comme Paris, il y a dans chaque quartier des magasins ne vendant que des fruits et légumes biologiques du pays.

Agriculteurs exploitants en France

Source : Insee, enquêtes Emploi.

L’ignorance des faits

Certain ne crois pas aux chiffres, aux statistiques ou tout autre recherche, car admettre les faits impliquerait de bouger et de passer à l’action, oui de sortir de sa zone de confort. Donc il est plus facile de continuer à faire confiance au main Stream. Sinon, cela voudrait dire, être obligé de se sacrifier et tout ce que l’on a pensé être bien jusqu’á présent, se révèlerais faux.

Et pourtant chacun de nous a dans tous les domaines, un impact pour la planète et notre société. D’autres par contre, sont au courant mais préfère mettre la tête dans le sable et ignore d’emblée toutes les informations par peur de la vérité. Et aussi de l’effet psychologique que cela aurait sur eux en acceptant le changement.

Notre responsabilité

La nourriture, ce n'est pas simplement de satisfaire nos besoins primaires ou nos envies. Ce qu'on mange, la façon de manger, l’aspect social... tout l’ensemble est très important pour une bonne assimilation de la nourriture par notre organisme. Aussi bien du point de vue physiologique que psychologique. De ce côté nous pouvons aussi nous mentir et nous raconter des histoires. Notre mental est très fort pour ignorer les évidences et se faire croire de la nécessité de consommer certains aliments, comme par exemple les produits animaux.

Chacun de nous détient une part de responsabilité. Activement par son pouvoir d’achats ou soutien de projets locaux, mais aussi passivement par la signature de pétitions ou autres formes d’actions pacifiques et de partage. Il est primordial de s’engager dans ce changement nécessaire pour notre avenir et celui de nos enfants et futures générations. Il y aura toujours des avis différent à ce sujet. A votre toude vous faire votre propre opinion, en faisant vos recherches personnelles.

Chacun ne demandant qu’à vivre heureux sur notre belle terre, qui elle survivra, car elle n’a pas besoin de nous pour exister. Je suis très heureux d’observer une grande mobilisation et prise de conscience sur toute la planète. Tous unis nous y parviendrons.

Références

Site très complet au sujet des impacts de la consommation de viande :
https://www.viande.info/

Documentaires à voir, par exemple :

Chris

About the author

Chris est programmeur mainframe depuis près de 30 ans. Son intérêt pour la santé, le corps et la méditation l'ont fait s'inscrire en 2014 à un stage de formation de professeur de yoga de 2 ans. Son amour pour le yoga a commencé il y a plus de 20 ans. Depuis, il commence ses journées avec une série d'exercices de yoga, de respiration et de méditation et sa passion est d'aider les autres dans un voyage sain. Depuis qu'il a rencontré sa partenaire Karen, il a appris à créer des sites Web et à toucher plus d'audience. La vie offre tellement de possibilités d'étudier de nouveaux domaines, à la fois géographiquement et intellectuellement, que tout l'intéresse. En 2018, il est devenu un nomade digital pour découvrir le monde.

TU AIMERAIS AUSSI :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked

trois + 7 =

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Rejoins-nous et ne rate jamais un article!

Et obtiens en plus gratuitement notre Fiche de Changement. Utilise-la pour commencer à mettre en œuvre sans difficulté de petits ajustements, tout en évitant ta résistance innée au changement. À long terme, elle t'aidera à faire de grands changements vers plus de santé et de bonheur. C'est garanti !

Nous ne t'enverrons pas de spam et tu peux te désinscrire à tout moment.