novembre 9

0 comments

Nos chances face à l’adversité

By Chris

novembre 9, 2020


J’ai une amie en Belgique qui est très triste avec ce nouveau confinement. En effet, la solitude se fait sentir avec les nouvelles mesures de soi-disant sécurité. La perte de contact avec une grande partie de son entourage est lié à la peur. Oui, ils ont peur de l’infection et préfèrent éviter tout contact.

D'un autre côté ma tante (88) se trouvant dans une Ehpad (Maison pour personnes âgées dépendantes) souffre moins que pendant le premier confinement, mais je constate depuis le premier confinement une détérioration mentale, dûe en partie aux manques de visites ou aux visites restreintes (2 fois 30 minutes par semaine). Elle remarque que les choses sont différentes, mais elle ne comprend pas ce qu’il se passe.

La vie sociale et le contact avec des proches et des amis, jouent un rôle essentiel pour le bien-être de tous. Cherchons ensemble nos chances face à l'adversité.

Nous vivons vraiment une époque très peu ordinaire. Entre nos défis personnels, la pollution, le pillage de notre planète, la surconsommation, l’économie mondiale et j’en passe, j’ai ressenti l’intense besoin de partager mes pensées au sujet des défis et des adversités que nous devons tous en ce moment surmonter ou/et accepter.

Avec ce site, nous nous efforçons de communiquer aux personnes en besoin, des possibilités pour vivre sainement. Ceci inclus une nourriture adaptée à notre constitution, à avoir des pensées positives, une bonne prise de conscience de notre corps et de notre respiration, ainsi que de faire suffisamment de mouvements.

Mais j'ai ressentis aussi le besoin d'aborder ces sujets avec ce blog. La nécessité de faire face aux nouveaux défis en faisant le point et en analysant la situation. 

Ces sujets nous touchent tous d’encore plus près, car nos libertés d’action et d’expression, notre vie sociale et tout notre bel avenir sont en jeu… Selon notre degré d’activité professionnelle, l’âge de chacun(e), notre situation familiale et surtout notre équilibre mental, notre vie est/sera plus ou moins facile à gérer.

La vie a toujours été faite de hauts et de bas, de succès et de moments difficiles – dès la naissance, nous avons les premiers contacts avec l'adversité. Elle nous permet de grandir, d’apprendre, d’évaluer et d’évoluer tout au long de notre vie.

La résilience face à l'adversité nous donne toujours de nouvelles chances de nous connaître et de nous comprendre, d’expérimenter, de devenir et pas seulement d’être. Il ne tient qu’à nous de transformer une crise en une opportunité et de trouver nos chances dans l'adversité.

«L'adversité contient toujours le ferment d'une nouvelle chance.»

W. Clement Stone

Si les adversités peuvent devenir des obstacles majeurs pour certains, d'autres par contre peuvent s'épanouir, surtout lorsque les choses deviennent presque insurmontables.

Ceux qui réussissent savent comment tourner leurs adversités et échecs à leurs avantage, tandis que d’autres peuvent avoir du mal à se lever le matin après un échec. Nous sommes tous très individuels et nous pouvons très bien l’observer à l’heure actuelle:

Quelle sont les réactions des membres de ma famille, celles de mes ami(e)s? Comment évolue la peur autour de moi? Et qui souffre des confinements et qui continue à s’enrichir ou à gagner de la puissance malgré (ou à cause de) la crise?

Chacun aura donc une réaction très personnelle pour faire face aux nouveaux défis. Les uns s’attendent au pire et espèrent le meilleur; en d'autres termes, ils réfléchissent au pire scénario possible et planifient leurs réactions en conséquence. C’est une méthode qui peut être efficace pour relever les défis de la vie quotidienne.

«La prospérité découvre nos vices et l'adversité nos vertus.»

Francis Bacon

Les optimistes sont mieux partis grâce à leur capacité d’être sélectifs sur les aspects positifs de la situation. Grâce à leur caractère, ils ont une meilleure situation initiale.

Mais une grande majorité se fait, à juste titre, du souci et certain développe même des psychoses. Les enfants ne comprennent pas toujours ce qu’il se passe, et beaucoup de personnes âgées non plus, surtout celles se trouvant en maison de retraite. Et ceux qui ont déjà perdu leur travail ou sont sur le point de le perdre, n’arrivent pas à comprendre que la situation actuelle soit considérée comme une guerre! Pour la plupart, le manque de liberté, la perte de vie sociale et/ou la perte du travail fait vraiment très mal.

À l’heure actuelle, chacun doit puiser dans toutes les possibilités, en accord avec son caractère pour surmonter tous les obstacles qui sont devant nous. Toutes les générations ont eu des obstacles à endurer, des guerres, des famines, des fléaux divers et une majorité a survécu, mais ici il y a une exagération des mesures prises.

  • Nos sociétés ont atteint un niveau de vie qu’aucune génération avant nous n’a eu la chance d’atteindre.
  • Nous avons en théorie des connaissances énormes qui nous permettraient de vivre une vie assez parfaite sur cette belle terre.
  • Le niveau d’information et de communication nous permet de chercher des solutions à tous nos défis et d’avoir des contacts globaux et instantanés.

Malheureusement, la plupart des humains sont indisciplinés, et ont donc besoin de règles pour vivre. C’est dans la nature humaine et par conséquent il existe de plus en plus de règles auxquelles il faut obéir.

L’humain, comme tous les animaux, a besoin de se sentir en sécurité. Mais sur ce chemin il cède de plein gré les prises de décisions à autrui et donc le pouvoir à une institution supérieure. Il ne nous sera plus possible de prendre des décisions pour notre propre bien.

En fin de compte, l’être humain est facile à manipuler. Beaucoup de civilisations (les romains déja) l’ont bien compris.

Les gens se sont habitués depuis la nuit des temps à vivre avec des hiérarchies. A tel point qu'ils sont perdus sans elles. Les religions pour l'esprit et la morale et la politique pour tous les autres aspects de la vie. Encore et toujours, les dirigeants religieux ou d’état établissent des règles en se plaçant dans des catégories librement inventées !

Toutes les sociétés sont basées sur des hiérarchies inventée. Des dislocations historiques qui se sont transformées en faille au fil des générations parce que certains groupes y avaient un intérêt.

Ces derniers temps, nous sommes hélas, dans la plupart des pays soi-disant civilisés, et sans nous en rendre vraiment compte, repassés de la démocratie, qui fût si difficile à obtenir, à l’oligarchie. Une forme de gouvernement où le pouvoir est détenu par un petit groupe de personnes qui forme une classe dominante.

Plusieurs formes sont possibles dans l'oligarchie, les:

  •  soi-disant meilleurs (l’aristocratie au sens étymologique)
  •  plus riches (la ploutocratie)
  •  scientifiques et techniciens (la technocratie)
  •  Anciens avec l’expérience (la gérontocratie)
  •  hommes d'affaires riches et les intellectuels ayant des liens avec le pouvoir politique (la démocratie actuelle).
  •  élites qui prennent le pouvoir par la force (dictature).

Ils bénéficient de tous les pouvoirs de faire ce qu’ils veulent et surtout de la force, sans que le peuple, qui a leurs yeux, n’a pas les capacités ou les connaissances pour prendre les bonnes décisions, puisse y changer quelque chose!

Et pourtant, il existe en Suisse par exemple le recours aux référendums qui est inscrit depuis 1848 dans la Constitution. Ce n’est pas encore parfait mais c’est mieux que rien. En Italie un référendum organisé en 1987 a abouti à la fermeture progressive de tous les réacteurs nucléaires. Sur les grandes lignes le peuple devrait avoir son mot à dire et pas seulement tous les 4-5 ans, selon les pays. Il est temps de mettre fin à l’impuissance politique des citoyens. 

Le rôle du politicien aujourd'hui, comme représentant du peuple, avec la plupart du temps un plein pouvoir, n'est plus assumé comme il le faudrait. C'est le grand bilan de cette pandémie, qui nous a été démontré sous toutes ses formes et dans une majorité de pays.

De tout temps, les êtres humains ont eu besoin d'un chef, d'un leader, d‘un gourou, d'une personnalité qui les guide, qui leur montre le chemin qu’eux-mêmes ne sont pas capables de reconnaître. Nous voyons en étudiant un peu l’histoire, où cela a trop souvent conduit!

  • Tellement plus facile de donner aux autres la responsabilité, plutôt que de la porter soi-même en prenant les décisions qui nous concernent.
  • Toujours plus simple de se plaindre de quelqu'un d'autre, plutôt que de s'avouer à soi-même d'avoir pris une mauvaise décision.
  • C'est ainsi que toutes les dépendances se forment et aboutissent aux formes de sociétés mentionnées auparavant.

L'être humain a besoin de croire, d'avoir confiance, c'est pourquoi il retombe toujours dans le piège de faire confiance à des dirigeants, qui savent toujours très bien se vendre, s’exprimer et tout promettre. Et eux bien sûr, de leur côté, ne le savent que trop bien et utilisent ces connaissances avec une grande subtilité. Il y a comme une hypnose en masse qui se produit.

«Il n’y a que dans l’adversité qu’on découvre la vraie valeur des êtres.»

Bernard Werber

Je pense que cette soi-disant pandémie peut être aussi une chance, car c'est dans l'adversité que nous sommes obligés de changer. Quitter notre zone de confort n'a jamais été quelque chose de facile. Il nous faut des situations extrêmes pour y être prêts! Et nous devons croire en nous, en notre pouvoir de jugement et de décisions en ce qui concerne notre avenir et celui de notre planète. Mais n’attendons pas d’être au fond du puits pour vouloir en sortir.

La plupart d'entre nous ne peuvent rien faire c’est certain, car trop forts sont les lobbies et le pouvoir en face de nous. Mais à vrai dire, le plus dur sera de prendre une décision. Et cela sera celle de quitter sa zone de confort, de se sacrifier au bon moment pendant un certain temps, d'être prêts à soutenir et à donner, pour plus tard recevoir.

Une grande majorité de jeunes s'en rendent compte, mais ne savent pas quoi faire. Certains des plus âgés ont atteint un niveau de vie tellement confortable qu'ils ne sont pas prêts à faire des concessions.

Hélas, beaucoup ne voient pas que l'avenir de leurs enfants et petits-enfants est en jeu. Du point de vue santé, éducation, perspectives de travail, libertés, environnement... Tellement de thèmes déjà connus. Qui sont cité, dans les journaux, sur les plateaux de TV, dans des documentaires, etc.

Tout le monde le sait mais cette impression d'impuissance et de désarroi est très forte.

«Il faut sourire face à l'adversité, jusqu'à ce qu'elle capitule.»

Og Mandino

L’être humain attend toujours jusqu’au dernier moment. Ce n’est que lorsqu’il aura atteint le fond qu’il trouvera l’énergie de faire quelque chose pour se relever. Avant ça, il est encore trop bien dans sa zone de confort pour être actif. C’est triste, mais c’est comme ça que nous sommes conçus.

La peur se transforme en colère, et elle est à l’ordre du jour chez beaucoup de citoyens. Quelques-uns iront dans les rues pour montrer leur désaccord, mais cela ne sera pas suffisant pour faire comprendre aux dirigeants, et surtout à ceux qui conseillent les dirigeants, ceux qui tirent les ficelles de l'économie.

La situation est grave et notre planète avec ses presque 8 milliards d'habitants est en agonie et en voie de faire disparaître toutes les belles choses que la nature a créées, ainsi que tout ce que l’être humain a été capable de faire.

«L’important est de faire appel au potentiel le plus élevé de l’homme : celui de transformer une tragédie personnelle en victoire, une souffrance en réalisation humaine.»

Viktor Frankl

Tant qu’il se trouvera des gens prêts à recevoir des ordres et à les exécuter sans réfléchir, la situation sur cette terre restera difficile. Beaucoup d’entre eux ont toujours été prêts à n’utiliser la violence que pour le plaisir. Mais il y a aussi ceux qui se déculpabilisent en se faisant croire que c’est pour le bien et la protection des citoyens!

Comment réussir sans attendre qu’il soit trop tard, sans avoir recours à la force, à changer nos systèmes pour le bénéfice de tous? Il suffit de lire l’histoire de l’humanité pour comprendre qu’à la fin, c’est toujours le peuple qui a le dernier mot, mais à quel prix? Aucune dictature, aucune forme de société corrompue n’a existé très longtemps. Et avec la nôtre, il en sera de même.

Mais coûte que coûte, nous devons garder une certaine dose d'humour et de convivialité, car ce n'est qu’avec la bonne humeur et le rire partagé que nous pouvons retrouver l'espoir et la joie de vivre, la joie du moment et l’espérance pour l’avenir.

«L'humour est une arme défensive très efficace. L'humour aide à garder une certaine distance à l'égard des choses et il permet de se montrer supérieur aux événements.»

Viktor Frankl

Discutons et organisons-nous encore plus pour former des groupes qui s’entraident les uns les autres. Pendant et après les dernières grandes guerres, il y avait une grande solidarité entre les citoyens. Et pourquoi pas maintenant?

En signant des pétitions, par exemple, nous commençons déjà à exprimer nos opinions et nos choix. Il ne reste plus qu’à souhaiter qu’il y ait assez de politiciens, juges, avocats et grands chefs d’entreprise qui comprennent l’enjeu et les opportunités pour changer de cap en direction d’une nouvelle forme de société pour le bien de tous et de notre planète. Nous devons être prêts pour encourager toutes les bonnes initiatives. Et il y en a deja - tu te sens seul et impuissant? Ensemble faisons valoir nos droits

«Si tu ne décides pas de ton destin, c’est ton destin qui décidera pour toi.»

Une vie qui a du sens peut être extrêmement satisfaisante, même si elle est difficile et pleine d’adversités, et une vie qui n’a pas de sens peut être un terrible tourment car très monotone, même si elle a l’air d’être agréable.

Les questions sur le bien-être partent donc du principe que la satisfaction est un sentiment subjectif et décrivent sa poursuite, comme la recherche de certains états émotionnels. En revanche, les philosophies et les religions traditionnelles comme le bouddhisme voient la clé de la satisfaction et du bonheur, en surmontant les défis de la vie, dans la connaissance de soi-même.

Être prêt à accepter les nouvelles situations et aussi à changer ses habitudes face aux nouveaux défis facilite la vie de tous les jours, ainsi que la convivialité.

Vivons, malgré ou à cause de toutes ces adversités, encore plus dans l’instant présent. Réjouissons-nous de petites choses et surtout ne restons pas trop longtemps plantés devant les chaînes d’informations qui peuvent démoraliser. Réécouter toujours la même chose est un conditionnement et en ce moment on nous présente celui de la peur. Ne tombons pas dans ce piège, restons vigilant et confiant.

Chris

About the author

Chris est programmeur mainframe depuis près de 30 ans. Son intérêt pour la santé, le corps et la méditation l'ont fait s'inscrire en 2014 à un stage de formation de professeur de yoga de 2 ans. Son amour pour le yoga a commencé il y a plus de 20 ans. Depuis, il commence ses journées avec une série d'exercices de yoga, de respiration et de méditation et sa passion est d'aider les autres dans un voyage sain. Depuis qu'il a rencontré sa partenaire Karen, il a appris à créer des sites Web et à toucher plus d'audience. La vie offre tellement de possibilités d'étudier de nouveaux domaines, à la fois géographiquement et intellectuellement, que tout l'intéresse. En 2018, il est devenu un nomade digital pour découvrir le monde.

TU AIMERAIS AUSSI :

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked

6 + 9 =

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}

Rejoins-nous et ne rate jamais un article!

Et obtiens en plus gratuitement notre Fiche de Changement. Utilise-la pour commencer à mettre en œuvre sans difficulté de petits ajustements, tout en évitant ta résistance innée au changement. À long terme, elle t'aidera à faire de grands changements vers plus de santé et de bonheur. C'est garanti !

Nous ne t'enverrons pas de spam et tu peux te désinscrire à tout moment.